Turbulences du marché de la vanille naturelle


C’est l’affolement sur le marché international de la vanille naturelle après 8 ans de stabilité relative, le marché évolue avec de pénibles conséquences.

En effet les deux ou trois années à venir s’annoncent difficiles, le temps de retrouver un équilibre entre l’offre et la demande. Nous retrouverons alors un prix juste et valorisant pour les producteurs, stable et raisonnable pour les consommateurs de la vanille naturelle. Ainsi vous pourrez mieux appréhender et comprendre la hausse des prix à laquelle nous devons faire face.

L’instabilité du marché

Le marché de la vanille est un marché concurrentiel, sujet à la fluctuation de l’offre et de la demande. Les prix très bas de ces dernières années cachaient en réalité un profond découragement des planteurs.
Alors qu’entre 2000 et 2003 le prix de la vanille s’élevait encore à plus de 400€/kg, les consommateurs se sont détournés de la vanille naturelle au profit des vanillines de synthèses moins onéreuses, mises sur le marché à grands coups de communication publicitaires trompeuses. Dès 2004, les prix de la vanille chutent pour atteindre des niveaux qui ne permettent pas une rémunération décente aux producteurs. Ceux-ci délaissent alors leur culture de vanille pour se tourner vers d’autres cultures. Les plantations de vanille se détériorent et les techniques de préparations qui découlent de savoirs ancestraux avec elles.

Cependant les tendances de consommations évoluent vers une demande de produits naturels qui s’accroit avec la baisse des prix.
Désormais le marché de la vanille se trouve à un tournant décisif et Madagascar reste le leader mondial de la vanille naturelle avec 80% de l’offre mondiale.
Pourtant depuis 2011, faute d’une bonne rémunération, les planteurs dénigrent la qualité privilégiant la quantité. Les transformateurs de l’industrie agro-alimentaire privilégient alors les vanilles vertes qu’ils achètent le double du prix dès le début de la récolte 2012. Le prix des vanilles préparées par les planteurs suivent logiquement la même tendance.

Les dérives sur le plan qualitatif

Etant donné que la culture de la vanille ne permet plus aux planteurs de subvenir à leurs besoins (rappelons que les malgaches vivent avec moins de 1$/jour ; dans la région SAVA, la culture de la vanille peut représenter plus de 80% des revenus familiaux), les planteurs renient leur savoir-faire.

La sur-fécondation des fleurs :
Depuis trois ans, les planteurs fécondent chaque fleur (1 fleur = 1 gousse) au lieu d’une sur deux. A la récolte, les gousses sont certes nombreuses mais de très petite taille. Ainsi pour cette récolte 2012, plus de 60% des gousses sont inférieures à 16cm.

La mise sous vide des vanilles par les planteurs :
Il faut six à huit mois de préparation pour obtenir une vanille gastronomique et bien stable. L’étape d’affinage permet de développer tous les parfums de la vanille. Or une mise sous vide prématurée bloque tout le processus, alors qu’elle reste une très bonne technique de conservation si la vanille est bien affinée.
Malheureusement, les prix trop bas de la vanille ont incité les planteurs à détourner à mauvais escient cette technique. La mise sous-vide des vanilles se pratiquent depuis deux ans en brousse alors que les vanilles ne sont pas séchées et que la formation des composants aromatiques n’est pas complètement faite.

La montée fulgurante des prix

Une production globalement en baisse, une consommation soutenue, des achats massifs de vanille verte ont logiquement entrainé cette année une hausse des prix. Les prix payés aux planteurs pour de la vanille verte ou de la vanille préparée ont été doublés (prix aux planteurs multipliés par deux auxquels s’ajoutent 40 à 60% de perte de poids durant le séchage). Malgré cela, les mauvaises habitudes de préparation prises en 2011 ont perduré pour la récolte 2012. Elles ont accru le prix de revient de la vanille exportable et commercialisable .
Soa Lavanila va s’appliquer à minimiser au maximum la hausse des prix afin d’éviter un doublement brutal de nos prix de vente en clientèle. Nous ne pouvons cependant pas échapper à une hausse très sensible de nos prix de ventes.

Les tendances à venir

La prochaine récolte est plus qu’incertaine : floraison moindre et tardive, anticipation d’une récolte avant pleine maturité, spéculation sur le marché. 2014 et 2015 risquent d’être encore instable mais nous pouvons espérer une détente des prix dès 2017 avec une remontée en puissance des autres pays producteurs grâce à des prix aux producteurs redevenus attractifs.
Restons optimistes !
Affaire à suivre…

La vanille naturelle reste un produit précieux et naturel. Il n’est en effet aucune machine, aucune chimie qui pourrait remplacer le travail manuel des planteurs. Il n’est d’ailleurs aucune autre école que la transmission du savoir de génération en génération pour cultiver la vanille. Il est donc de notre devoir de perdurer les savoirs-faire des cultivateurs. SOA LAVANILA tente de trouver des solutions alternatives pour soutenir une agriculture raisonnée et redonner la valeur au travail des hommes. Pour ce faire SOA LAVANILA développe un projet d’entreprise solidaire et sociale et multiplie les partenariats avec des entreprises certifiées.

Vous êtes nombreux à nous soutenir dans notre démarche et nous vous remercions de votre confiance.

Julien Pascal... complètement

Ce jeune producteur passionné de Nouvelle Calédonie est un des...

Le marché de la vanille en...

Le marché de la vanille est plus que tendu pour 2016 et les...

Notre Sélection "Grand Cru...

Découvrez notre Vanille Bourbon de Madagascar, ce Grand Cru...

Turbulences du marché de...

C’est l’affolement sur le marché international de la vanille...

Les bienfaits de la vanille

Selon une étude menée par le CNRS, la vanille améliore les...

Qu’est-ce que la "vanille...

Le marché de la "vanille fraîche" fait débat parmi les...

A quand une nouvelle législatio

Madagascar : Les producteurs de vanille souhaitent une...

La conquête de la vanille...

Dans le Nord de l’Ile Maurice, une entreprise familiale...

Le yoghourt vanille, aphrodisi

Lors d’études en laboratoire sur un modèle animal, des...