Le marché de la vanille en perspective pour 2016


Le marché de la vanille est plus que tendu pour 2016 et les prix continuent de grimper !

La tendance du marché international de la vanille s’est tourné vers la hausse des prix et à la baisse de production depuis plusieurs années. On continue à subir les conséquences de cette instabilité en 2016.

On sait combien les prix trop bas entre 2004 et 2011 ont découragé les producteurs à cultiver la vanille. A Madagascar, qui réalise 85% de la production mondiale de vanille, la production chute. De surcroît que le pays subit des cyclones violents dévastant les cultures, les pratiques trompeuses de cueillette prématurée ou de mise sous-vide des gousses trop fraîches, ont contribué au marasme.
La demande restant forte, les prix augmentent depuis trois ans, mais les autres pays producteurs n’ont pas encore saisi l’opportunité de marché, d’autant qu’il faut plusieurs saisons pour relancer une vanilleraie.
Si la situation géo-politique toujours difficile à Madagascar rend la filière instable, les changements climatiques dans tous les pays producteurs impactent négativement le rendement.

En attendant toujours un assouplissement des conditions de la filière et des prix, nous résistons. Car chez Soa Lavanila, nous avons choisi le goût et l’authenticité : la bonne vanille a un prix, le juste prix de sa qualité et de sa rareté.
Car, hors des circuits industrialisés, derrière une gousse de vanille de qualité, c’est-à-dire naturelle et arômatique, il y a deux années de travail, subtile alliance de l’homme et de la nature. Sur des territoires moins connus, Inde, Ouganda, Nouvelle Calédonie, Mexique, Tahiti... Des petits producteurs préservent des savoirs faire ancestraux et leurs terroirs sont une multitude de richesses particulières.
Loin des vanilles industrielles, les vanilles de ces producteurs passionnés offrent des parfums puissants et très différents selon les pays, qu’il n’est nul besoin d’en utiliser en grande quantité, ce sont les goûts particuliers qui sont privilégiés.

Au Mexique, pays originel de la vanille, les producteurs sont plutôt découragés pas les changements climatiques qui les privent de bonnes récoltes : Les cyclones Ingrid et Humberto en 2013 puis la sécheresse au nord de Véracruz. La tendance est morose, bien que les prix aient doublé étant donné une demande soutenue, le Mexique a produit 10 tonnes de vanille et l’on peut espérer 2 tonnes supplémentaires en 2016 car la floraison est prometteuse.

A Tahiti, les vanilleraies sont régénérées actuellement, mais de ce fait les productions ont baissé de 50% en cinq ans. Là aussi les pluies trop abondantes de ces dernières années et par conséquence l’invasion de phytophtora fin 2014, dérèglent soudainement toute prévision d’amélioration. Les 5 tonnes produites à Tahiti sont bien insuffisantes à la demande ! La vanille atteint un prix historique de 120€ le kilo de vanille mûre (non séchée) ! Les risques climatiques maintiennent l’incertitude et les coûts de production sont élevés ; mais le programme de régénération des vanilleraies mené il y a deux ans par le gouvernement devrait porter ses fruits dès cette année, pour améliorer le marché de la vanille Tahiti et inverser la courbe des prix en 2016 et 2017.

En Ouganda, bien que le territoire permet deux récoltes par an, les producteurs restent frileux malgré la hausse des prix ; ils attendent surtout une certaine stabilité pour développer une activité durable, les coûts de production étant aussi plus élevés qu’à Madagascar. En effet ils gardent la mémoire de la chute des prix en 2004 alors qu’ils venaient de replanter les vanilliers en 2000, la crise avait réduit la consommation de moitié ! Aussi les 50 tonnes produites en Ouganda sont majoritairement commandés par de grands groupes de l’industrie aromatique.
L’inde est au contraire dynamique et a su saisir l’opportunité du marché (maintien de la demande et hausse des prix). La production augmente pour atteindre 100 tonnes en 2016 et nous espérons un assouplissement des prix, pourvu que l’Inde maintienne sa production avec l’impératif de la qualité.

L’Indonésie et la Papouasie Nouvelle Guinée reprennent doucement la production. Parmi les 150 tonnes, la vanille d’Indonésie reste une vanille industrielle de piètre qualité, mais la Papouasie Nouvelle Guinée cultive la Tahitensis (même espèce qu’à Tahiti et différente de la Planifolia indonésienne et de la plupart des pays) et mise sur la qualité gourmet pour la consommation de bouche.

A Madagascar, la spéculation s’est renforcé autour d’une production en baisse de 1300 tonnes. Les stocks sont optimisés à tous les niveaux de la chaîne, du producteur à l’importateur, mais ils se vident indéniablement autant que les caisses de trésoreries pour dynamiser la production. En effet le prix d’achat de la vanille verte malgache a été multiplié par quatre entre la récolte 2014 et celle de 2015. Le coût de revient de la vanille de Madagascar peut avoisiner 200€ ! C’est toute la distinction de la vanille Bourbon de Madagascar qui risque de subir les conséquences de ces pertes de qualité. Aussi le gouvernement malgache et un groupement de tous les exportateurs tentent actuellement de re-professionnaliser le secteur de la vanille dès la récolte 2016.
Vous l’avez compris, l’année 2016 reste difficile pour les acheteurs de vanille, les prix sont extrêmement élevés. Cependant la bonne floraison à Madagascar promet d’élever la production à 1800 tonnes. Peut-on alors espérer une baisse des prix sans remettre en question le salaire des producteurs, tout en améliorant la qualité ?

Malgré les déboires du marché, n’en restent pas moins un produit d’exception ! La demande toujours forte pour des produits de qualité donne raison aux producteurs affineurs de vanille passionnés, capables de cultiver et préparer des vanilles rares que sont quelques Grands Crus, en particulier avec l’arrivée de nouveaux venus comme Julien Pascal en Nouvelle Calédonie qui produit des vanilles givrées.

Julien Pascal... complètement

Ce jeune producteur passionné de Nouvelle Calédonie est un des...

Le marché de la vanille en...

Le marché de la vanille est plus que tendu pour 2016 et les...

Notre Sélection "Grand Cru...

Découvrez notre Vanille Bourbon de Madagascar, ce Grand Cru...

Turbulences du marché de...

C’est l’affolement sur le marché international de la vanille...

Les bienfaits de la vanille

Selon une étude menée par le CNRS, la vanille améliore les...

Qu’est-ce que la "vanille...

Le marché de la "vanille fraîche" fait débat parmi les...

A quand une nouvelle législatio

Madagascar : Les producteurs de vanille souhaitent une...

La conquête de la vanille...

Dans le Nord de l’Ile Maurice, une entreprise familiale...

Le yoghourt vanille, aphrodisi

Lors d’études en laboratoire sur un modèle animal, des...